Collection: Sergey KONONOV

Contenu réductible

A propos / About

Né à Odessa (Ukraine) en 1994, Sergey KONONOV vit et travaille à Paris. Dès l’âge de 9 ans, Sergey apprend à peindre, chaque semaine, dans l’atelier d’un artiste d’Odessa. Il intègre le Collège d’Art d’Odessa en 2009, puis l’Académie d’Etat de Génie Civil et d’Architecture d’Odessa en 2013, avant de rejoindre les Beaux- Arts de Paris en septembre 2015. Vite considéré comme un des artistes ukrainiens les plus prometteurs, il présente Olympic Reserve au Museum of Modern Art d’Odessa en 2014, puis est invité à l’exposition Enfants Terribles à l’Ukraine National Art Museum de Kiev en 2015.

La Galerie Lazarew Paris organise sa première exposition personnelle en juin 2016 (Rouge), qui marque le début d’une collaboration suivie. Après son diplôme des Beaux-Arts de Paris en 2021, Sergey KONONOV passe l’année 2022 en Ukraine, où il prépare sa première exposition solo aux Etats-Unis, présentée chez 15orient en mai 2023. A l’occasion de sa sixième exposition à Paris en novembre 2023, une première monographie rassemblant ses oeuvres de 2015 à 2023 est co-éditée par MKF éditions et la Galerie Lazarew, avec le soutien du CNAP. Le premier solo londonien de l'artiste est prévu en septembre 2024, avant d'autres projets en France et à l'international. 

-

Born in Odessa (Ukraine) in 1994, Sergey KONONOV lives and works in Paris.
From the age of 9, Sergey learns to paint, every week, in the studio of an artist in Odessa.
He joined the Art College of Odessa in 2009, then the State Academy of Civil Engineering and Architecture of Odessa in 2013, before joining the Ecole des Beaux- Arts de Paris in September 2015, from which he graduated in June 2021. Quickly consideredas one of the most promising Ukrainian artists, he presented Olympic Reserve at the
Museum of Modern Art in Odessa in 2014, then was invited to the exhibition Enfants Terrible at the Ukraine National Art Museum in Kiev in 2015.

The Galerie Lazarew Paris organizes his first solo exhibition in June 2016 (Rouge), which marks the beginning of an ongoing collaboration. After his diploma from Beaux-Arts de Paris in 2021, Sergey
KONONOV spends year 2022 in Ukraine, where he prepares his first solo show in the United States, presented at 15orient NYC in May 2023. On the occasion of his sixth exhibition at Lazarew Paris in November 2023, a first monograph - gathering artworks from 2015 to 2023 - is co-published by MKF éditions and Galerie Lazarew, with the support of the CNAP. The artist's first London solo is planned for September 2024, before other projects in France and abroad.

Expositions / Exhibitions

See the full biography

Expositions personnelles - Solo shows

2023 « Not quite here / pas tout-à-fait ici », Galerie Lazarew, Paris

2023 « The garden of dreaming youth » , 15 Orient Gallery, New York15 Orient Gallery, New York

2021 « Le corps tout entier / Body I am entirely », Galerie Lazarew, Paris

2021 « Le corps tout entier / Body I am entirely », diploma, Beaux-Arts de Paris, Paris

2020 « Le Printemps / Spring », Galerie Lazarew, Paris

2019 « Kiss », Galerie Lazarew, Paris

Solo show, Théâtre National de La Criée, Marseille. Invitation de Macha Makeïeff et curation Galerie Lazarew 

Invitation by Macha Makeïeff & commissariat / curation Galerie Lazarew

Expositions collectives - Collective exhibitions 

2023 Art Basel Miami, avec / with CLEARING Gallery


2023 « Baroque », Galerie Champ Lacombe, Biarritz


2023 « De leur temps », FRAC Grand Large,

Organisé par / organized by ADIAF avec / with Fondation Francès

2022 Luxembourg Art Week,

Foire d’art contemporain avec la Galerie Lazarew, Luxembourg

2021 10 ans ! 10 years ! , Galerie Lazarew, Paris

2020 Galeristes Art Fair, Carreau du Temple, Paris, avec la Galerie Lazarew


Texte / Text

English below

Au premier abord, c’est la texture des toiles qui saisit le regard, leur matérialité et leurs coloris ne semblant ni tout à fait de notre époque ni tout à fait des siècles passés. Nous sommes donc face à une énigme temporelle et esthétique. Cette approche de la peinture, à la frontière de l’image vintage et de la scène de genre, fait éclore une ambiguïté à la fois malaisante et attachante. Obsédante même. Sergey Kononov semble vouloir nous confronter à une certaine crudité, voire une cruauté de l’image. Pourtant, ce ressenti n’est pas d’emblée évident. En effet, nous sommes d’abord charmés par cette jeune fille assise au regard mélancolique, les jambes recroquevillées, nouées autour de son petit chat qu’elle chérit et protège ou par ce jeune homme athlétique, à la gaucherie candide, les paupières closes, aussi timide que fier, capté seul dans l’éphémère de l’instant. Il a l’allure d’un James Dean, sur le fil de la beauté et de la décadence. Ambiguïté encore. Plus frontale, nous toisant du regard à la manière de L’Olympia de Manet, une jeune femme est allongée nue sur un fond terreux monochrome dont les nuances moirées peuvent rappeler la matité des fresques pompéiennes. Son corps chante le désir, la pulsion, le temps court, tandis que l’arrière-plan mutique dans lequel elle est prisonnière dit le temps long de l’histoire. Cette dichotomie esthétique interpelle. On est entre l’icône et le réalisme, entre la spiritualité orthodoxe et Balthus, entre Masaccio et Egon Schiele. L’ambiguïté persiste et nous happe. Les corps ici, souvent nus, ou à demi-nus, surgissent de fonds de plus en plus unis et silencieux, de plus en plus chargés aussi, la matière étant appliquée en plusieurs couches sur un gesso blanc-orangé. 

L’artiste, à ses débuts, était en effet plus expressionniste, plus fougueux, usant même de la bombe pour camper des décors crépusculaires et tourmentés, hantés par des torses nus, des chiens enragés et des crânes rasés, rappelant, à la manière d’un reportage, la violence du conflit qu’il a senti tout proche en Crimée, en 2014, alors qu’il habitait Odessa, sa ville natale. Son esthétique a ensuite évolué, marquée par son arrivée en France en 2015, son entrée à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, dans l’atelier de François Boisrond, et surtout un voyage en Italie, à Florence, où il s’imprègne de l’Antiquité et de Botticelli, peintre dont l’artificialité et la modernité des couleurs le fascinent. « Cette peinture a 500 ans mais il y a l’idée de peindre des silhouettes comme des flashs. On ne voit pas d’ombres, c’est en quelques sortes très design, dans le détail des cheveux, des chairs, des corps ». De ce séjour, de l’observation des Primitifs italiens aussi, naît sans doute l’attention particulière à la matité propre à la technique de la tempéra ou à celle du pastel. Sa peinture s’assagit alors progressivement, au sein de scènes domestiques ordinaires. Les vieux films qu’il aime regarder ne sont peut-être pas pour rien dans cet ancrage de l’image dans des tonalités mordorées, inscrite dans un temps qui nous semble suranné, vieilli, anachronique. On pense aux anciennes affiches publicitaires, aux cartes postales d’un autre temps mais aussi aux peintres symbolistes qui tendaient vers ce sentiment de paradis perdu auréolé d’une luminosité artificielle. 

Le soin apporté aux nuances campe désormais les corps contorsionnés d’une jeunesse adulte en questionnement, silhouettes tatouées, sensuelles et torturées, incarnation d’individualités troublées par notre époque, ses violences et ses contradictions. Figures prises au piège, dans la mélancolie et l’attentisme d’une génération sacrifiée qui, si elle recherche la relation charnelle ou fraternelle, n’en est pas moins toujours solitaire. On la sent tendue, effrontée, prête à brûler la vie, toujours érotique dans sa fragilité. En filigrane, la jeunesse ukrainienne à nouveau sous le feu des bombes alors que Sergey Kononov est retourné dans son pays à la veille du déclenchement de la guerre russo-ukrainienne. Un an à Odessa à peindre, à épurer les formes, à étouffer les cris peut-être. Aujourd’hui, ses nouvelles toiles s’aventurent dans le détail coloré de certains motifs, se délectant de certaines formes tatouées sur les corps. Contemporaines et sensuelles. Mais toujours, la nuance des ocres, des rouges, des carmins, des bleus-gris font vibrer sa palette pour mettre en scène ses amis, des modèles proches de lui, dont la présence picturale véhicule un fort sentiment d’intimité qui touche notre regard. On y perçoit un compagnonnage philosophique et esthétique avec le peintre américain Andrew Wyeth (1917-2009) dont Sergey Kononov a enfin pu découvrir les toiles aux Etats-Unis en 2023. « J’ai découvert ses peintures quand j’avais 12 ans. J’ai attendu pendant des années avant de le voir en vrai. C’est le peintre le plus important pour moi » explique-t-il en précisant que tous les grands musées ont acheté ses œuvres en cachette parce que son réalisme mélancolique n’était pas à la mode. La touche subtile de Sergey Kononov a cette même gamme chromatique veloutée qui se loge en dehors des codes et du temps mais se love, persistante et nostalgique, dans notre rétine.

Julie Chaizemartin, journaliste et critique d’art

octobre 2023

---


At first, we are hooked by the texture of the paintings; their materiality and colors seem neither quite from our time nor quite from the past. We face a temporal and aesthetic enigma. At the frontier between vintage images and genre scenes, this approach to painting gives birth to an ambiguity that is at the same time uncomfortable, endearing… and haunting. Sergey Kononov seems to be willing to confront us with a certain crudeness - or is it cruelty? This feeling is not immediately obvious though. In the first place, we are charmed by this young girl with a melancholic look, her legs curled up and tied around a little cat she cherishes and protects. We like this ingenuously awkward athletic young man, shy and proud with his eyelids closed, captured alone in an ephemeral moment. He has the look of James Dean, on the edge of beauty and decadence. Ambiguous, again. Gazing at us more frontally, like Manet's Olympia, a young woman lies naked on an earth tone background, whose Moiré nuances can recall Pompeian frescoes matteness. Her body radiates with desire, impulse and short time, while the silent background in which she is trapped tells the long part of the story. This aesthetic dichotomy is striking. We lay in between icon and realism, between orthodox spirituality and Balthus, between Masaccio and Egon Schiele. We are caught up in a persistent ambiguity. Here the bodies are often naked or semi-naked. They emerge from increasingly plain and silent backgrounds, even thicker since several layers of painting are applied on a white-orange gesso. 

The artist, in his early years, was actually more expressionist and fiery. He even used spray can, to depict tormented bleak settings haunted by bare torsos, rabid dogs and shaved heads, that somehow recalled the violence of the conflict in Crimea in 2014 - he was then living in his hometown Odessa. His aesthetic then evolved, following his settlement in France in 2015 to enter Ecole des Beaux-Arts in Paris, in François Boisrond’s studio. Later, during a trip to Florence in Italy, he got imbued with Antiquity and absolutely fascinated by Botticelli's unreal and modern tones. “This painting is 500 years old, but already contains the idea of ​​painting silhouettes like flashes. We don't see any shadows and the detail of the hair, the flesh and the bodies are very refined». His stay in Florence, where he observed the Italian Primitives, undoubtedly aroused Kononov’s particular attention to the matt finish, specific to tempera or pastel technique. From then on, his painting gradually quieted, within ordinary domestic scenes. The old movies that he likes to watch may have played a part in the artist’s choice to shade the images in golden tones, referring to a quaint old fashioned time that may seem anachronistic. It conveys images of ancient postcards or advertising posters, as well as symbolist paintings that achieved an impression of ‘lost paradise’ haloed by artificial light.

The care given to shades is now dedicated to painting contorted bodies of a wrestling youth. Tattooed, sensual and agitated silhouettes incarnate disturbed souls facing the violence and contradictions of our time. Their faces are trapped in a melancholic and wait-and-see attitude, that of a sacrificed generation, which - despite carnal and fraternal relationships - is always solitary. They look edgy and bold, eager to live, always erotic in her fragility. Underneath lies a subtile tribute to Ukrainian youth that is once again undergoing war, as Sergey Kononov returned to his country in February 2022, on the eve of the Russian invasion. This year in Odessa was dedicated to painting, refining forms, and perhaps stifling screams. His recent paintings venture into colorful details and new patterns ;  they feature contemporary and sensual designs tattooed on the bodies. But his palette still includes vibrating shades of ochres, reds, carmines or blue-grays to depict his close-friends models, conveying a strong and moving feeling of intimacy. A philosophical and aesthetic companionship with American painter Andrew Wyeth (1917-2009) arises. Sergey Kononov could finally contemplate his artworks in the United States in 2023. “I discovered his paintings when I was 12 years old. I waited for years to see them in real life. To me, he is the most important painter”, he says, adding that all major museums bought his works secretly because his melancholic realism was not fashionable then. Sergey Kononov’s subtle touch has the same velvety chromatic range, born out of time and rules but nestled in our retina, persistent and nostalgic.

Julie Chaizemartin, journalist and art critic

octobre 2023

Aucune oeuvre trouvée
Utiliser moins de filtres ou tout supprimer