Sergey Kononov - Kiss

22 novembre 2018 - 12 janvier 2019

Un baiser. Kiss. Deux visages effacés, fusionnés par leur étreinte tant elle est intense. Fondu déchaîné de l'enlacement. Impossible de ne pas penser à Francis Bacon en voyant ce tableau de Sergey Kononov. Le peintre de 23 ans présente à la galerie Lazarew ses derniers tableaux du 22 novembre au 14 janvier 2019. Une vingtaine de toiles sur lesquelles explose tout le talent du jeune Ukrainien.
Un baiser, mais aussi des visages qui semblent scruter le spectateur qui vient poser ses yeux sur la toile avant d'être happé, captivé par la touche si singulière du peintre.
Hors de tout académisme, Kononov redonne une puissance à l'art si exigeant du portrait. Ses visages délivrent une fraîcheur d'expression magnétique. Celle là même qui capture l’œil dans une sorte de rapt visuel.
Vagabonds livrés à l'attente sur un matelas, adolescent aux cheveux teints en bleu portant un T shirt AC-DC, jeune femme aux chiens ( figure récurrente du travail de l'artiste) ou en robe à crinoline, petits blacks espiègles en streetwear ou survêtement Puma... ses modèles sont résolument ancrés dans la quotidienneté la plus triviale, la notre, celle que nous croisons tous les jours au coin de la rue. Comme Le Caravage bien des années auparavant, c'est là que Kononov va chercher son inspiration. Il y a quelque chose du street art dans son travail et ce n'est certainement pas un hasard si le peintre travaille à la bombe.
Mais Kononov n'est pas à proprement parler un peintre « réaliste ». Car sa peinture décèle et révèle l'aura des êtres qu'elle représente pour littéralement irradier l’œil de celui qui la regarde. C'est l'art et la magie de Kononov de transfigurer cette banalité pour nous donner à voir un réel ( sa peinture ) inédit, inouï, invu. Réjouissant.

Mathias Leboeuf

Consulter la page de l'artiste

Catalogue des oeuvres disponibles

 

November 22nd 2018 - January 12th 2019

A Kiss. Smooch. Two erased faces, fused by the intensity of their clasp. Unbridled melting through an embrace. Once can’t help but think of Francis Bacon when observing this painting by Sergey Kononov. The 23 year old painter will be presenting his latest works at the Lazarew Gallery from the 22nd November to the 14th January 2019. Two dozen canvases on which all the talents of the young Ukrainian are brought to life.
A kiss, but also faces that seem to scrutinise the viewer who comes to observe the painting before being caught out, captivated by the singular touch of the painter.
Beyond the academic, Kononov revitalises the incredibly demanding art of the portrait. His faces portray a magnetic freshness of expression. The very same expression that reveals the eyes in some sort of a visual confinement.
Vagabonds lounging, waiting on a mattress, a teenager with with dyed blue hair wearing an AC-DC t-shirt, a young woman with dogs ( a recurrent figure among the works of the artist) or wearing a crinoline, mischevious black children wearing streetwear or Puma tracksuits…his models are resolutely anchored in the trivialities of everyday life, ours, that we cross every day on streetcorners. Like LaCaravage many years before, this is where Kononov goes to find his inspiration. There is something street art like in his work and its certainly not by accident that the painter works with a spraying can.
But Nononov is not exactly a ‘realist’ painter. Indeed his painting identifies and reveals the auras of the beings it represents to literally irradiated the eye of the beholder.The art and the magic of Kononovis to transform this banality to give us a reality (his painting) that is unknown,unheard of and unseen. Rejoicing.

Mathias Leboeuf

Go to the artist's page

 

Aucun élément ne correspond à votre recherche.