Sergey Kononov - Le Printemps

Du 6 mars au 14 juin 2020

> Voir les oeuvres disponibles

Cette quatrième exposition personnelle de l’artiste ukrainien Sergey Kononov à la Galerie Lazarew marque un véritable renouveau dans son parcours.

L’année qui vient de s’écouler a été, sur le plan personnel et pictural, une année de grandes remises en question, de puissantes découvertes et d’une véritable prise d’assurance pour Sergey Kononov. L’artiste a pris le temps de l’introspection, retenant dans son écriture ce qu’il estime être le plus probant et affinant encore les contours d’une personnalité déjà marquée - et marquante - depuis notre première exposition en 2016. D’un point de vue purement plastique, la bombe aérosol a été définitivement abandonnée au profit d’un travail exclusivement à l’huile, sur une palette réduite et toute en vibrations : fonds monochromes, décors réduits à leur minimum.

2019 marque également la rencontre, en novembre, à Florence, de Sergey Kononov avec l’oeuvre majeure de Sandro Botticelli, Le Printemps. Au delà de toute la symbolique de ce tableau, l’artiste a été fasciné par la puissance des contrastes entre les verts profonds, les tissus pourpres et les infinies nuances de chair nue. Une révélation qui nourrit cette nouvelle série, pourtant profondément actuelle. L’éclairage particulier qui semble surprendre ses personnages, n’est d’ailleurs pas sans rappeler la lumière surnaturelle qui détache les figures de Botticelli de ses fonds.

C’est aussi, étonnamment, l’influence de Balthus que l’on peut convoquer dans certains des tableaux (comme les femmes aux animaux). Une atmosphère dépouillée, nostalgique… toute l’âme slave dans laquelle l’imaginaire de Sergey Kononov s’est construit, à Odessa.

Mais c’est surtout un retour à des environnements intimes qui marque l’exposition. Tous les personnages font directement partie de l’entourage de Sergey Kononov. On se rend compte que c’est dans l’exaltation de cette jeunesse décomplexée, sûre d’elle et avide de changements - en particulier des jeunes femmes - que Sergey Kononov affirme le mieux et le plus librement sa personnalité unique.